24 février 2012

La Suisse voit arriver le Club de billard d’Yverdon

Billard français – Pour la première fois cette année, les Yverdonnois se sont inscrits aux Championnats suisses. Le résultat? Il est brillant!

 © Muriel Antille

Frédy Meier a commencé le billard français il y a quelques années. Sa progression est à l’image de sa motivation: exemplaire! Le but, ici, pour marquer un point? Au moyen de la boule blanche, taper la rouge, puis la jaune.

 

 

«Nous, le terrain, on le tond tous les samedis, comme ça on peut jouer toute l’année!» François Henny, de Montagny, est non seulement un très bon joueur de billard français, mais possède également l’art de toujours placer le bon mot pour faire rire et faire partager sa passion. Passer ne serait-ce qu’un moment au sein du Club de billard d’Yverdon permet de se rendre compte que les joueurs, s’ils sont très attentifs à leurs performances et à la trajectoire de leurs coups, forment une bande d’amis. «Un de nos membres, âgé de 93 ans, vient ici tous les matins!», glisse Michel Auberson. Le club d’Yverdon compte une vingtaine de membres actifs, ainsi que huit juniors. Tous ont une clé pour accéder au local, à l’avenue Kiener, où ils trouvent trois tables, dont une officielle de compétition, et, donc, une ambiance familiale, le tout pour une cotisation annuelle de 360 francs («Un franc par jour!»).

Un sport où il faut connaître sa géométrie!

«Notre sport est moins médiatisé que le billard américain, mais nous constatons que nous arrivons à attirer des jeunes et ça, bien sûr, c’est précieux», souffle François Henny. Le billard français, souvent décrit comme le billard des puristes, voit s’affronter deux joueurs. L’un a la boule blanche, l’autre la jaune. Tous deux poursuivent le même but: aller toucher les deux autres boules, parfois avec la contrainte de toucher une bande ou, plus dur, trois bandes, avant de toucher la dernière boule! «Il faut des qualités de concentration, de visette, mais aussi des notions de géométrie», explique Frédy Meier, qui a commencé ce sport il y a trois ou quatre années. «Il y a un vrai risque de se décourager au début, mais, à la première victoire, quel bonheur!»

Les Yverdonnois ont décidé, pour la première fois cette année, de s’inscrire aux Championnats suisses. Avec un succès immédiat! «Oui, c’est vrai, nous comptons deux champions suisses au sein du club», sont-ils fiers de préciser. Joël Duvoisin a une double licence, jouant également sous les couleurs de Lausanne, mais la médaille de Victor Cardoso n’appartient qu’à lui et au club d’Yverdon! La finale de Fribourg a en effet permis au Portugais de s’illustrer en individuel. Avant un triomphe collectif? Pour l’heure, les deux équipes d’Yverdon en sont au stade du championnat (voir ci-dessous). Pourquoi s’être inscrits si tard? «Il y a des contraintes, notamment financières, qui font que nous ne nous sentions pas prêts les années précédentes. Mais là, nous avons décidé de franchir le pas», précise Michel Auberson. Et de quelle manière!

Le Club de billard d’Yverdon accueille volontiers de nouveaux membres! Contacter Gilbert Indermühle (024 459 15 60) ou Claude Zwahlen, pour les juniors (024 425 79 68).

Les six participants aux Championnats suisses

Deux équipes de trois

Le Club d’Yverdon voyage donc désormais au delà des frontières vaudoises. Bâle, Aarau, Saint-Gall, autant de jolis déplacements effectués en commun, toujours le samedi, pour les deux équipes de trois joueurs.

Timothée Guillemin

 

La Région Nord Vaudois du 24 février 2012